FORUM DES « ECRIVAINS DU PATRIMOINE »
CAPBIS – 19 et 20 septembre 2020

 

PRESENTATION DES AUTEURS

 

Maurice Triep-Capdeville a deux passions: sa ville de Nay dont il a été le Maire et la langue béarnaise dont il est l'un des plus ardents défenseurs. Il a publié Les fêtes de Nay 1954-1988, ouvrage passionnant où l'on découvre les trente glorieuses des fêtes de sa ville. Il est le président des amis de Nay et de la Batbieille  dont le bulletin traite depuis 1982 de divers sujets historiques, culturels et économiques concernant le pays de Nay. Ce bulletin est référencé entre autres par la bibliothèque nationale. Maurice est également président de l'institut béarnais et gascon. Cet institut est le principal éditeur en langue gasconne avec des auteurs contemporains et aussi des écrits inédits ou réédités d'auteurs anciens. Enfin, en tant que journaliste à Pyrénées Presse (l'éclair, la république), Maurice suit l'actualité du Pays de Nay et co-écrit une chronique hebdomadaire en Béarnais.

René Arripe se consacre à la vallée d'Ossau dont il écrit l'histoire, les traditions, les particularités. Depuis plus de quarante ans, au rythme moyen d'un livre par an, il est l'auteur d'ouvrages encyclopédiques comme les cantons de Laruns et Arudy en 1900  et en 2000. Il écrit aussi sur les traditions locales: Les siffleurs d'Aas, Les derniers chasseurs d'ours, Les crestadous ou encore les personnages: Jacques Orteig,  Les neiges amères. Son dernier récit: L'incroyable histoire de la route d'Espagne de Laruns au Pourtalet , grâce à une iconographie et des recherches très fouillées, nous permet de découvrir l'incroyable histoire de cette route si souvent empruntée. 

Jean Cazaban est expert-comptable à Nay. Sportif accompli, Jean consacre l'essentiel de son temps libre à arpenter les sommets pyrénéens, été comme hiver. Il y a trois ans il a réalisé un de ses rêves de jeunesse, traverser les Pyrénées par le HRP (Haute Route Pyrénéenne). Il lui aura fallu 30 jours pour rallier Hendaye à Banyuls au plus près des sommets. En plus de l'effort et de la performance sportive évoqués en filigrane, Jean a pris le temps d'observer les paysages, la faune, la flore et décrit la beauté d'une nature qui se transforme au fil des étapes.  Au-delà des horizons retrace brillamment cette aventure et la richesse d'un patrimoine naturel qui se trouve à notre porte. 

Régine Pehau-Gerbet se passionne pour les migrations humaines. Elle collabore à la revue Partir et publie des articles en lien avec l'émigation  pyrénéenne aux Amériques. Son premier essai, Le transpyrénéen en vallée d'Aspe, est un document passionnant sur la construction de la voie ferrée Pau-Canfranc. On revit la conception de ce vaste chantier, les prouesses nécessaires à sa réalisation et la vie extrêmement dure des ouvriers, souvent émigrés. Elle a depuis publié deux romans, La maîtresse des forges et L'inauguration toujours en lien avec la vallée d'Aspe et les migrations. 

Paul Mirat après avoir dirigé les éditions Covedi à Pau est, comme il dit, passé de l'autre côté. Il s'est consacré à sa passion pour sa région et notamment à l'histoire récente de la ville de Pau. Les manuscrits se sont ainsi succédés : Autrefois Pau avec un tome sur la belle époque et un tome sur l'histoire de l'aviation suivis du Journal de la commune au jour le jour , Les statues de Pau, Pau de A à Z.  Plus récemment Paul a co-écrit avec des auteurs anglo-saxons Le cheval à Pau à la belle-époque et  Histoire du jeu de Paume à Pau, Bayonne, Urrugne et Labastide-Clairence, deux livres qui ont la particularité d'avoir été publiés en français et en anglais. 

Gérard Clos-Cot habite Louvie-Juzon et retrace l'histoire de son village. Il a publié divers ouvrages: Louvie-Juzon:100 ans de cartes postales, La vie et l'histoire des maîtres carriers et tailleurs de Pierre en vallée d'Ossau. Il a également écrit et donné des conférences sur la vie de Raymond Orteig. Ce berger ossalois parti faire fortune en Amérique s'est retrouvé à la tête de plusieurs grands hôtels de New-York. C'est lui qui a financé le prix qui porte son nom et qu'a reçu Charles Lindbergh en 1927 pour la première traversée de l'Atlantique en avion. 

Jean-Albert Trouilhet redonne leurs lettres de noblesse à des poètes béarnais trop tôt disparus. Il a ainsi ressuscité son compatriote bénéjacquois Jean-Baptiste Bégarie puis le gersois François Ducos de Lartigue. Ces deux poètes, morts à la guerre en 1914 et 1915 alors qu'ils avaient à peine plus de vingt ans, étaient les plus prometteurs des écrivains en langue gasconne. Grâce à un travail d'historien remarquable, on découvre leurs jeunes années et leur adolescence à la charnière du 19éme et 20éme siècle, puis, au jour le jour, le théâtre des opérations militaires qui les mèneront de Pau à leur tragique disparition. Ces ouvrages ont également le mérite de compiler l'ensemble de leurs poèmes en gascon avec à chaque fois une traduction française. Enfin, Jean-Albert travaille depuis deux ans sur son prochain ouvrage qui nous mènera sur les traces du poète capbisois Jean Lasserre. 

Jean-Paul Valois est secrétaire de l'association Bastides64. Il a écrit le livre de référence Les bastides des Pyrénées Atlantiques hier et aujourd'hui ainsi que plusieurs articles dans lesquels il démontre le fil commun entre ces différentes villes. Il a récemment coordonné deux études desquelles sont sortis deux ouvrages: La vie en Gascogne à l'époque des bastides: marchés et libertés et Dominer et défendre le territoire à l'époque des bastides. Au-delà de l'aspect architectural, Jean-Paul Valois montre ce que ces bastides nous apprennent pour le "vivre ensemble" d'aujourd'hui ainsi que pour l'aménagement du territoire et le développement durable. 

Jean-Pierre Dugène habite Arudy et est un passionné de sa vallée d'Ossau. Il a publié plusieurs ouvrages : Les inscriptions et décorations de l'habitat rural ossalois, Ossau pastoral et plus récemment L'ancienne abbaye laïque d'Arudy . Il est par ailleurs l'auteur d'un travail historique remarquable sur le terrier d'Arudy (ancêtre du cadastre) comptant 505 pages et datant de 1681, qu'il a pu comparer au cadastre napoléonien. Il a également écrit plusieurs articles dans la revue Pyrénées ainsi que dans la revue de Pau et du Béarn. 

Les Amis des Eglises Anciennes du Béarn (AEAB) ont pour but la sauvegarde et la mise en valeur des églises du Béarn et de leur mobilier. Depuis leur création, en 1968, elles participent à divers chantiers de restauration, organisent des visites et surtout valorisent ce patrimoine grâce à de nombreuses publications. En complément du bulletin de liaison "Feuille d'Acanthe" ce sont de nombreux ouvrages : guides pratiques, parcours guidés, histoire et particularités des églises dont le récent "Eglises du pays de Morlaas". 

  • Facebook

© 2019 - Fonds de dotation de l'Eglise de Capbis